Angélus : Itinérance, promptitude et décision, les conditions pour suivre Jésus

Devenir disciple du Christ est un choix «libre et conscient» qui requiert promptitude et esprit de décision, et demande aussi de se mettre en chemin: c’est le message du Pape François lors de l’Angélus, ce dimanche 30 juin 2019.

L’Évangile de ce dimanche, en Saint Luc, nous montre Jésus, «le visage déterminé», en route pour son dernier voyage à Jérusalem, vers l’accomplissement de sa mission. Trois personnages se présentent à Lui sur le chemin, symbolisant «trois cas de vocation (…) mettant en lumière ce qu’on attend de ceux qui veulent suivre Jésus jusqu’au bout».

Une Église en itinérance

Le premier promet à Jésus de le suivre partout où Il ira; ce à quoi Jésus répond : «les renards ont des terriers, les oiseaux du ciel ont des nids, mais le Fils de l’homme n’a pas d’endroit où reposer la tête». De fait, observe le Pape, «Jésus quitta la maison paternelle et renonça à toute sécurité pour annoncer le Royaume de Dieu». Il nous signifie ainsi que notre mission sur cette terre est «itinérante». «De par sa nature même, l'Église est en mouvement, elle ne reste pas sédentaire et tranquille dans son propre enclos. Elle est ouverte aux horizons les plus larges, envoyée pour porter l'Évangile dans les rues et atteindre les périphéries humaines et existentielles», a affirmé le Pape.

Promptitude et décision

Le second personnage qui croise la route de Jésus est appelé directement par Lui, mais il demande au Seigneur la permission de pouvoir d’abord enterrer son père. «Laisse les morts enterrer leurs morts», lui répond alors Jésus qui, par ces mots «volontairement provocateurs», rappelle que la priorité est de le suivre, même face à des réalités importantes, comme la famille. «L'urgence de communiquer l'Évangile, qui rompt la chaîne de la mort et inaugure la vie éternelle, ne tolère pas de retards, mais exige promptitude et totale disponibilité», insiste le Souverain Pontife, qui a plaidé pour une Église itinérante, toujours en chemin.

Enfin, le troisième personnage veut lui aussi suivre Jésus, mais seulement après avoir fait ses adieux à sa famille. «Quiconque met la main à la charrue, puis regarde en arrière, n’est pas fait pour le royaume de Dieu» lui réplique Jésus. Suivre le Seigneur exclut en effet les regrets, mais exige la «vertu de décision».

Ne pas se promouvoir soi-même

«La valeur de ces conditions posées par le Christ, -itinérance, promptitude et décision-, ne réside pas dans une série de ‘non’ à des choses belles et importantes de la vie», analyse François pour qui l’accent doit d’abord être mis sur «l’objectif principal: devenir disciple du Christ». Il s’agit d’un choix «libre et conscient, fait d’amour» pour «rendre la grâce inestimable de Dieu, non pour se promouvoir soi-même». «Attention à ceux qui choisissent de suivre le Christ pour se mettre en avant ou avoir une place prestigieuse», a mis en garde le Pape. Car «Jésus veut que nous soyons passionnés par Lui et par l’Évangile»; cette «passion du cœur» est appelée à se traduire par des gestes concrets de fraternité, de proximité avec nos frères dans le besoin.

Après la prière de l’Angélus, le Pape a dit prier pour tous ceux qui ont souffert des conséquences de la chaleur écrasante de ces derniers jours. «Que personne ne soit abandonné ou exploité», a-t-il souhaité, citant «les malades, les personnes âgées, les gens devant travailler à l’extérieur, sur les chantiers».

Partager cet article

Articles similaires

Commentaires

A propos de la CECCI

Fondée en 1970, la Conférence des Évêques Catholiques de Côte d’Ivoire (CECCI) a été officiellement reconnue le 16 février 2007 par l’État de Côte d’Ivoire.  

Autres information